Perdu dans la forêt vierge, texte de Julia

Perdu dans la forêt vierge

Par Julia

Diana vole au-dessus de l’Amérique du Sud mais elle ne se doute pas de ce qui l’attend car au moment où elle survole une forêt vierge, le moteur de l’avion s’arrête.  Elle appuie sur le bouton SOS qui donne l’alerte puis elle demande à la tour de contrôle l’autorisation d’atterrir. Elle ouvre la porte et demande à son amie Léa de sauter en parachute. Elle réussit à faire atterrir l’avion sur une tache verte et crie : 

-Une clairière, une clairière, je suis sauvée. 

Mais sa joie retombe. Elle sent qu’elle va avoir peur car elle n’est jamais allée en forêt. Elle veut faire demi-tour mais un scorpion l’oblige à avancer. Elle pleure, elle se demande comment elle est arrivée là et ne sait pas du tout où elle est. Soudain la pensée de laisser son amie sans défense la fait trembler. Elle a la marque d’une griffure de son chat qui lui rappelle sa famille. Elle y pense et pleure de nouveau :

-Courage ! Je retrouverai ma famille ! Je le promets !

Une seconde plus tard, un puma se dresse devant elle. Elle n’a pas peur, elle lui parle en langage de puma et il s’allonge soudain. Une araignée passe et elle crie une nouvelle fois :

-Une araignée, une araignée, à l’aide !

 Tout à coup, le puma, alerté par les cris se redresse et écrase l’araignée. Diana le félicite. Elle lui demande de se rendormir mais au lieu de cela, le puma part dans une grotte. Elle le suit et découvre cinq petits bébés pumas. Elle passe une nuit merveilleuse auprès de la famille puma. Le lendemain, tout le monde se réveille en même temps. Elle va faire une promenade avec le puma et ils arrivent sur une plage et Diana trouve un crabe. Elle hurle :

-A l’aide, à l’aide, un crabe !

 Le puma écrase le crabe puis ils reviennent à la grotte. Ils passent une semaine ensemble. Le SOS a été envoyé à tout le monde et Diana est recherchée mais elle ne le sait pas. Diana, pendant ce temps, a été séparée de la famille puma par une tempête. Elle met sa tête dans ses mains. Elle est désespérée. Elle a très peu de nourriture. Avec le puma, elle avait tout ce qu’elle voulait. Elle n’a qu’une gourde qu’elle remplit d’eau quand elle peut. Tout à coup, elle se lève et pense à son amie qui a sauté avec son parachute. Elle retrouve la carcasse de son avion. Elle est contente car elle trouve ce message : «  Diana, je ne t’ai pas quittée, je te retrouverai. Tu sais en ce moment tu devrais me trouver devant un fleuve ou une rivière car j’adore l’eau. Ta meilleure amie, Léa ». Diana est un peu triste d’être loin de son amie mais courageuse pour affronter les dangers de la forêt pour la retrouver. Elle prend son sac dans lequel elle met des cadeaux, une lampe-torche, un hamac, des fruits, une gourde, un couteau, un duvet et une tablette. Diana suit la rivière et ne sait pas ce qui l’attend. 

Elle s’aventure dans la forêt amazonienne. Elle cueille des fruits magnifiques (mangues, fruits de la passion, goyaves). Elle parle le langage de tous les animaux qu’elle rencontre. Elle leur dit :

– Venez, je ne suis pas méchante, au contraire, je suis très gentille.

Et tous les animaux la suivent. Quelle chance, elle arrive près d’un cours d’eau ! Diana touche l’eau, elle est glacée. Elle grimpe sur un tronc, trouve un nid d’oiseaux ; elle est émerveillée. Elle court et saute de joie en apercevant des poissons. Elle leur parle et leur demande : 

-Pouvez-vous m’aider ? Avez-vous vu une jeune fille d’une taille moyenne aux cheveux blonds et bouclés ?

-Oui, nous l’avons vue mais elle s’est fait enlever par un singe hurleur. Ne t’inquiète pas, car la grotte du singe hurleur est au bout du cours d’eau. 

Dès qu’ils ont fini de parler, elle part comme un éclair. A la fin du cours d’eau, elle trouve la grotte et entre. Elle retrouve Léa entourée de nourriture. Diana la fait sortir et l’emmène au bord du cours d’eau. Elle dit : 

-Tu m’as manqué. 

-Toi aussi, si tu savais ce qui m’est arrivé. 

-Raconte. 

-Un singe hurleur m’a enlevée. 

-Oui, ça je sais, mais le reste ? 

-Il voulait m’épouser et il est allé chercher des fruits pour que moi aussi je veuille l’épouser. Et ça a marché ? 

-Non, je suis prisonnière et il va revenir vite. Sauvons- nous ! 

Elles traversent la forêt avec difficulté. Elles se font des passages à coup de couteau. Diana pense arriver chez un peuple indien mais elles arrivent à un temple abandonné. Elles trouvent derrière le temple des gravures d’un soleil. Cela leur paraît logique que ce temple soit dédié au dieu soleil. Mais, à l’intérieur du temple, il y a des gravures de vent et de pluie. Elles ne savent pas ce que cela signifie. Diana fait le tour du temple. Elle trouve un harpon et des allumettes certainement laissés par des aventuriers. Diana et Léa vont pêcher car elles n’ont plus rien à manger. Elles mangent aussi des racines. Un lézard passe, Diana le retient prisonnier, fait un feu et le fait cuire. 

Elles installent le hamac. Elles dorment dessus pendant la nuit. Le hamac est très confortable. Mais pendant la nuit la jambe de Diana lui fait mal, très mal. Elle se réveille et voit une mygale s’éloigner. Elle a la peur de sa vie.

Le matin, elle se réveille. Elle n’arrive plus à marcher. La mygale lui a sûrement donné la fièvre. Elle sent le venin de la mygale dans tout son corps. Elle voit du vert partout, du vert, que du vert, jamais du rose. Le premier village semblait loin avant la nuit maintenant il est encore plus loin. Les animaux essaient de la réconforter mais personne ne réussit. Elle ne voit pas Léa. Elle se sent mal à l’aise. Elle se rendort.

Diana se réveille sous un toit de branchage, le plus étonnant c’est qu’elle n’a plus de fièvre. Des indiens sont réunis autour d’elle. L’un d’eux dit :

-Nous sommes la tribu des Tikunas et nous t’avons trouvée pendant une chasse au sanglier.

-Merci de m’avoir sauvée, mais comment m’avez-vous enlevé la fièvre ?

-Avec une plante particulière que nos ancêtres utilisaient.

-Je dois retrouver Léa ! Où suis-je ?

-Dans notre village.

-Oui, mais où ? Je dois retrouver mon amie et repartir chez moi. 

Les Tikunas proposent à Diana de l’emmener jusqu’à l’Océan Atlantique. Ainsi ils s’aventurent  sur le fleuve Amazone avec une pirogue. Ils rencontrent des piranhas, mais les tuent avec leurs harpons. Ils rencontrent aussi les crocodiles mais, Diana fait bouger la pirogue sans arrêt et manque de renverser l’embarcation. 

La pirogue a fini par arriver dans un village. Quelqu’un court vers  Diana, Diana la reconnaît ; c’est Léa. Les deux filles se serrent dans les bras. Diana dit :

-Je suis contente de te revoir !

-Et moi encore plus !

Diana fait la connaissance du chef du village et lui offre les cadeaux qu’elle a dans son sac (un collier, des gâteaux, des bonbons). Elle fait un dernier repas avec les Tikunas. Prévenus, les secours arrivent, mais en voyant le sourire de Diana, ils repartent.  Diana devient heureuse dans une forêt.

                                                                FIN

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s