Perdu dans la forêt vierge, texte de Thomas

 

Perdu dans la forêt vierge

Par Thomas 

JOUR 1

Mon héros s’appelle Augustin, il a 28 ans et il est français.
Il est mince et de grande taille, il a les cheveux blonds courts, il porte une casquette, il est musclé et sportif. Il a un tatouage, il est courageux et habile. Il a peur des veuves noires et son pire ennemi est le chef des espions russes. Son meilleur ami s’appelle Théo et il est aviateur comme lui.

JOUR 2

Augustin survole la forêt Amazonienne quand soudain il aperçoit de la fumée sortir du moteur de son avion.
Il panique un peu mais c’est un bon pilote et il va tout faire pour faire atterrir son avion. Il aperçoit une clairière, ouf il va s’en sortir! Il pousse le manche en essayant de garder son avion le plus stable possible, il sort le train d’atterrissage et se pose sans trop de dégâts.

JOUR 3

Augustin essuie la sueur qui coule de son front et sort de l’avion; il regarde autour de lui apeuré, certes il est en vie mais comment va-t-il survivre en pleine forêt Amazonienne ? Autour de lui, il voit une immense forêt et aucun signe de civilisation.
Augustin est désespéré, il a peur, il ne sait pas comment s’en sortir. Les larmes lui montent aux yeux il pense à ses parents, son frère, sa soeur; à Léonie son amoureuse et à son fils Léon de 3 ans, à son meilleur ami Théo et à son chien.

Va-t-il les revoir un jour ?

Soudain Augustin se lève décidé à affronter la jungle et ses dangers. Il prend son sac à dos, l’ouvre et met dedans : son couteau suisse, des biscuits, la trousse de secours, sa gourde, une boussole, une lampe de poche, son téléphone et sa corde d’escalade.

JOUR 4

Augustin pénètre dans la forêt, la végétation est dense, il sort son couteau suisse pour couper les branches qui le gênent. Il lève sa tête, les arbres sont si hauts et feuillus qu’on ne voit pas la ciel. Il entend beaucoup de chants d’oiseaux et le bruit de la rivière qui coule. Les fleurs tropicales parfument l’air qui est chaud et humide.

Augustin transpire de plus en plus mais préfère garder sa veste, de peur de se faire piquer par les insectes. Après plusieurs heures de marche il commence à avoir faim. Il cueille de l’ananas, des bananes, des fruits de la passion et de la mangue. Ces fruits sont sucrés et juteux !

Il décide de descendre vers la rivière, plonge ses mains dans l’eau et se rince le visage, l’eau est tiède. Il relève sa tête et voit au loin un crocodile nager vers lui…

JOUR 5

Le lendemain Augustin reprend sa marche et remarque un petit sentier. Il décide de le suivre, pensant que peut-être ce sentier l’emmènera dans un village ou un campement indien. Trois heures de marche après, il aperçoit un temple abandonné. Cet ancien temple est en ruine et il est recouvert de mousse et de végétation. Il se demande à quelle civilisation il a pu appartenir. D’après ses souvenirs ça pourrait être un temple Incas ! Augustin décide de le visiter. Il monte les marches et arrivé en haut il aperçoit au loin une fumée.

JOUR 6

Il décide de marcher dans cette direction, il tombera peut-être sur des humains.
Mais son ventre commence à gargouiller, il fouille dans son sac mais il n’a plus rien à manger. Il descend vers la rivière, il va essayer de pêcher à la main. Après plusieurs tentatives il arrive enfin à attraper un pirarcu, un gros poisson d’Amazonie comestible. Augustin est ravi il va pouvoir manger à sa faim !
La nuit tombe il va devoir installer son hamac, il trouve un endroit à l’abri, s’allonge et s’endort. En pleine nuit il est réveillé par une forte douleur à la jambe et il voit une mygale!

JOUR 7

Il sort de son hamac, la douleur est très forte son mollet est tout enflé. Il est fiévreux et il a des vertiges. Il essaye de marcher un peu mais s’effondre par terre.
Il commence à rêver, il est dans la jungle au pied d’un temple Inca. Il voit une petite ouverture et décide d’entrer. Il longe un long couloir étroit qui semble sans fin, on dirait un labyrinthe et après plusieurs minutes il arrive dans une grande salle remplie des montagnes de pièces d’or et de pierres précieuses. Il a trouvé un véritable trésor Incas !

JOUR 8

Augustin tend sa main vers les pièces d’or pour essayer de les prendre et d’un coup se réveille. Il est allongé sur un lit de feuilles dans une petite cabane en branches. Il se demande s’il n’est pas encore en train de rêver, il ne reconnait pas cet endroit.
Soudain, il voit quelqu’un arriver, sûrement un indigène d’Amazonie. Il est de petite taille avec du feuillage autour de sa taille, plein de tatouages sur son torse et ses bras et des plumes sur sa tête. Il avance doucement vers Augustin et lui tend un récipient. C’est un mélange d’eau et d’une poudre rouge, le guarana. Cette plante qui pousse en Amazonie est très bonne pour le coeur et les muscles. Augustin boit la boisson d’une traite. Ensuite

l’Indien change le pansement de sa jambe et lui étale une sorte d’huile très parfumée : c’est du copaiba aux propriétés antibiotiques, anti-inflammatoires et cicatrisantes. Augustin se laisse faire, il a compris que cet petit homme est en train de le soigner.
Il ne sait pas comment communiquer avec lui mais il lui sourit en signe de remerciement.

JOUR 9

L’Indien le conduit ensuite vers le fleuve Japurà et lui montre une pirogue. Augustin comprend qu’il veut le conduire quelque part, peut-être vers un village plus gros ?
Le premier jour de navigation se passe bien, le soir ils accostent la pirogue sur le rivage pour dormir. Pendant la nuit Augustin se réveille en sursaut, quelque chose lui chatouille la jambe, il regarde et se met à hurler : un énorme anaconda était sur la pirogue !
L’Indien se réveille, sort son couteau et tue le serpent. Après ça impossible de se rendormir… ils décident donc de reprendre le voyage.
Heureusement la suite du voyage se passe bien et deux jours après ils arrivent à Manaus.

JOUR 10

Les deux voyageurs arrivent au village épuisés et affamés. L’Indien fait signe à Augustin de le suivre et ils arrivent près d’une cabane ou vit son frère avec sa famille.
L’Indien lui montre une table avec de la nourriture Augustin comprend qu’il l’invite à prendre un dernier repas avec lui.

Notre héros repense à cette incroyable aventure et à son nouvel ami qu’il l’a conduit jusqu’ici et qui lui a sauvé la vie. Il ne l’oubliera jamais ! Le repas fini c’est l’heure de se quitter, l’Indien va retourner dans son village et Augustin va enfin pouvoir retrouver les siens. Il sort de son sac son précieux couteau suisse et l’offre à l’Indien qui le remercie chaleureusement.

Augustin est triste de le quitter mais a tellement hâte de retrouver sa famille et ses amis, il va avoir beaucoup de choses à leur raconter !

FIN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s